Quand la tempête fait rage

Quand la tempête fait rage

Chère lectrice,

Laisse-moi te raconter ce que j’ai vécu il y a deux semaines : sans crier gare, des contractions prématurées se sont déclenchées et parce que persistantes, ont fait monter le niveau d’adrénaline à la maison ! Après avoir suivi - sans succès- les recommandations de la sage-femme, il a fallu réagir : valise préparée en toute hâte, appel au secours à la baby-sitter pour garder la tribu en émoi et zou ! Direction les urgences gynécologiques ! 

Tout un changement de programme pour la soirée ! Bébé n’est pourtant pas censé arriver maintenant ! Il doit encore rester au chaud dans son nid douillet ! Mais si c’était pour ce soir ? 

carnet marquepage.png

(Si tu as commencé à lire l'article dans un courriel, reprends ta lecture ici)

Arrivée à l’hôpital, on m’administre un premier médicament visant à calmer les contractions utérines. En vain. Un second va se révéler finalement plus efficace et définitivement stopper l’alerte. Ouf ! Pas d’accouchement maintenant !

Résultat : un mini-séjour à l’hôpital de trois jours, le temps de s’assurer que tout est rentré dans l’ordre. Le temps aussi pour moi de prendre un peu de repos et de me laisser choyer par mes proches. Comme diraient mes amies québécoises « Pas si pire » au final ! 

Chère lectrice, toutes sortes d’incidents peuvent surgir dans notre quotidien et bousculer notre journée.  Perte de clés, voiture soudainement en panne, embouteillage qui nous retarde, nounou qui tombe malade - par définition, l’imprévu s’impose à nous - sans qu’on l’ait invité - et vient chambouler notre emploi du temps bien ficelé, déclenchant au passage frustrations et mauvaise humeur. Émotions négatives qu’il faut vite donner à Jésus si l’on veut poursuivre une bonne journée ! (En parlant des émotions, tu peux retrouver ici mon dernier carnet qui te raconte comment je me suis laissée à un moment submerger par celles-ci…)

Puis il y a les gros imprévus de la vie, ceux qu’on n’a carrément pas vus venir et qui viennent balloter notre barque et semer le trouble dans notre vie. Ceux qui échappent à notre contrôle. Diagnostic médical, trou financier, perte soudaine d’emploi, injustice au travail, conflit familial ou trahison, accident ou décès d’un proche sont autant de tempêtes qui un jour peuvent surgir dans notre vie et nous faire chavirer. Ces séismes ébranlent la vie de celui qui vit sans Dieu et qui subitement se trouve seul face à des géants.

Chère lectrice, toi, tu n’es pas seule. Tu n’es pas seule dans la tempête- qu’importe son nom- que tu traverses. Jésus tient ta main et demeure à tes côtés. Reste calme et dépendante de Dieu, ne cède pas à la peur, ne panique pas. L’ennemi voudrait te voir sombrer dans le désespoir, le découragement et il voudrait que tu baisses les bras. 

Comme l’a écrit le prophète Ésaïe, c’est dans le calme et la confiance que sera ta force (Ésaïe 30.15). Regarde à Jésus, pas aux circonstances fâcheuses. Lève les yeux plus haut. 

Le secours te vient de celui qui te connaît par ton prénom, de celui qui sait tout de toi et qui a compassion de ta situation. Ne doute pas de son amour. Il ne t’a pas abandonnée. Tu vas traverser cette vallée. L’ennemi voudrait que tu y restes mais la bonne main de ton Dieu va t’aider à la traverser et à la quitter. Même s’il doit te porter sur son dos pour que tu franchisses cette vallée des larmes, il le fera. Tout n’est pas fini. Tu vas sortir grandie de cette épreuve, tu seras affermie et tu témoigneras du secours de ton Dieu. Dieu n’est pas ébranlé et il veut te rendre inébranlable.

Il entend la voix de tes larmes (Psaumes 6.8), il n’oublie aucune de tes prières, aucun de tes cris de détresse. Sa réponse est en route. Continue de te confier en lui. Il guérit ceux qui ont le coeur brisé, il panse les blessures et délivre les captifs. 

Chère lectrice, toi qui traverses le feu de l’épreuve en ce moment, reste accrochée à Jésus. Ferme tes oreilles aux messages d’incrédulité et de désespoir que t’envoie l’ennemi. Bannis l’inquiétude. Ne sois pas cette girouette qui tourne au gré des vents. Jésus reste ta boussole même dans la plus sombre nuit. 

Un seul mot de Jésus suffit pour calmer cette tempête. Attends-toi à lui. 

En toi se confiaient nos pères; ils se confiaient, et tu les délivrais. Ils criaient à toi, et ils étaient sauvés; ils se confiaient en toi, et ils n’étaient point confus. (Psaumes 22.5-6)

Courage, chère lectrice ! Le Seigneur est ta force et ton bouclier. Continue d’avancer, bouclier en main.

L’Eternel est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui. Psaumes 18.30

Je te serre fort dans mes bras et termine en priant pour toi.

Père céleste, merci de réconforter ta fille qui est éprouvée. Serre-la dans tes bras, soutiens-la par ton bras puissant. Relève sa tête que l’ennemi essaye t’enfoncer dans les eaux troubles. Viens à son secours et manifeste-toi puissamment. Essuie ses larmes et fais-lui sentir ton amour. Seigneur, je prie pour un courage renouvelé, des forces nouvelles pendant la marche. Je déclare que ton enfant sortira grandie de cette fournaise de l’épreuve, je déclare qu’elle va goûter à ta bonté, à ta bienveillance. Tes yeux sont sur elle. Merci pour les lendemains qui seront plus heureux. Seigneur, tu fortifies sa foi et tu la portes. Tu lui donnes ta paix. Que ta présence l’envahisse maintenant.Tu réponds à ses cris de détresse et tu la secours, au nom de Jésus. Amen.

Je te dis à bientôt. 
Sylvie

PS : Si tu as été bénie par ce carnet, n’hésite pas à le diffuser autour de toi !

Le courrier des lectrices.jpg

Voici des nouvelles de Georgette et de son fils Yoan, 19 ans, qui est atteint d’un cancer :

Bonjour Sylvie,

Dieu est au contrôle. Après vos prières, les plaquettes sont montées à 85, alors qu’il ne restait à Yoan que 26. Il faut 75 pour donner le traitement.

Donc la semaine de traitement s’est bien passée. Maintenant le prochain cycle c’est la semaine du 15 juillet si tout va bien, c’est-à-dire si les plaquettes sont au bon point. Il recevra le traitement et ce sera le 7e cycle. Ensuite, ils feront un contrôle général pour voir le résultat. C’est la phase la plus stressante. On fléchit les genoux car mon Rédempteur est vivant.

Merci chère lectrice de continuer à porter Georgette et sa famille dans la prière. Que le cancer quitte définitivement le corps de Yoan, au nom de Jésus. Que les plans de Dieu et la destinée qu’il a pour lui s’accomplissent dans sa vie !

Tu as aimé ce carnet ? En le lisant, tu as peut-être pensé à une amie qui serait encouragée à sa lecture. Je t'invite à le partager en cliquant sur le bouton de partage de ton choix ci-desous (Facebook, Twitter, Google+). Tu peux aussi me laisser un commentaire. Merci ! Et n’oublie pas de t’inscrire à mon blog pour être sûre de ne manquer aucun carnet ! 

Pourquoi j'ai 5 enfants !!

Pourquoi j'ai 5 enfants !!

Je me suis mise à capoter !

Je me suis mise à capoter !